Le blog d'Archiloque

Fiche de lecture : “L’œil de l’État”

L’État a confiance dans sa capacité à diriger et à anticiper. Pour cela, il a besoin de savoir ce qui se passe, c’est-à-dire de pouvoir mesurer et comparer.

Cet essai de James C. Scott couvre ces deux sujets, et particulièrement les biais et les limites de l’action de l’État lorsqu’il se lance dans de grands projets.

Cadastre et gestion scientifique des forêts

Le livre s’ouvre sur la mise en place du cadastre pour rendre plus précise la levée de l’impôt et les premières étapes d’une gestion scientifique des forêts.

Mettre en place un cadastre en place a signifié l’instauration d’un ensemble de règles uniformes pour tout un pays, et donc la suppression de toutes les coutumes locales qui n’étaient pas compatibles avec le nouveau champ des possibles. Cela a eu pour conséquence une diminution importante de la capacité d’adaptation des communauté aux circonstances changeantes, comme la possibilité de mettre en commun certains terrains pour faire face aux périodes difficiles[1].

L’auteur explique ainsi que lorsqu’un État met en place des règles pour mieux pouvoir observer ce qui se passe dans le pays, ces règles n’ont jamais la richesses des pratiques qu’elles visent à remplacer. Cela signifie que la mise en place de la mesure va changer les comportements. Cela n’est pas un problème pour l’État, qui se préoccupe généralement peu de savoir ce qui se passait auparavant tant qu’il est en mesure d’obtenir des chiffres pour la suite, mais cela peut avoir des conséquences négatives pour les personnes qui subissent ces changements.

Le début de la gestion scientifique des forêts a été un désastre. Ici il ne s’agissait pas seulement de mesurer mais aussi d’améliorer le rendement. L’approche a été la monoculture : planter une seule espèce d’arbre suivant un plan régulier, pour que les ressources soient utilisées à des fins utiles plutôt qu’elles soient gâchées par des plantes jugées non nécessaires. Mais la production a rapidement diminuée au bout de quelques années, quand les conséquences des carences dans le reste de l’écosystème (champignons, insecte, autre plantes) qui avait été ignorées se sont faites sentir.

Ici l’État avait tenté de créer un système efficace (selon ses critères) sans comprendre le fonctionnement de l’existant avec suffisamment de détail.

Le haut-modernisme

L’apogée de cette manière de gouverner s’est incarnée dans le haut-modernisme. Cette période du 20eme siècle où la confiance dans les progrès techniques et humains a donné lieu à de nombreux projets grandioses, qui se sont parfois conclus par des échecs de même ampleur.

En France Le Corbusier est un excellent représentant de cette vision du monde, dans son approche visant à standardiser les besoins humains universels sur des bases qui se veulent scientifiques. Les conclusions ainsi obtenues pouvant alors s’appliquer partout.

L’essentiel du contenu du livre consiste en une description de plusieurs de ces projets : Brasília planifiée sur un espace encore sauvage, les kolkhozes en Russie ou le déplacement des populations rurales dans des villages en Tanzanie.

Dans les différents cas, un État qui voulait bien faire a surestimé ses capacités. Ce type de tentative nécessite un pouvoir central suffisamment fort pour être capable d’imposer sa volonté aux personnes, ce qui le rend incapable de s’adapter aux spécificité locales et de se mettre à l’écoute des compétences locales, même lorsque cela est prévu.

Si James C. Scott note des point communs entre les différentes situations, il n’essaie pas d’en dégager d’idées systématiques. Cela le rend un peu décevant, tout en restant d’une certaine façon cohérent avec ce que dit le texte.

Une certaine vision de l’usine

La partie qui m’a le plus intéressé dans le livre est à nouveau la force d’inspiration de l’usine.

En effet de nombreux projets décrits dans le livre s’inspirent directement ou indirectement de l’idéal-type tayloriste de l’usine, où dans un plan parfaitement organisé, chaque personne applique de manière répétée des gestes décidés par d’autres, avec pour résultat à la fois une certaine efficacité mais aussi et surtout donnant un sentiment d’efficacité.

Brasília est ainsi conçue comme une usine, avec des blocs d’habitation et de bureaux conçus et battis sur le même modèle.

Dans les jeux vidéos j’avais l’habitude d’entendre parler de Sim City comme la manière dont certains gouvernement voient leur ville ou leur État, mais Sim City est trop désordonné et cache trop de chose à la vue des personnes qui jouent.

La lecture du livre m’a fait prendre conscience que la bonne image est plutôt à chercher du côté des jeux de conception de chaîne de montage comme Factorio.

factorio

Dans ces jeux rien n’est masqué de ce qu’on contrôle, et on peut à loisir modifier et remodifier son usine pour qu’elle tourne comme une machine bien huilée, justement car à — l’inverse d’une machine physique — aucun engrenage ne viendra gripper le mécanisme.

Comme dans ces villes ou ces fermes gigantesque imaginées entre experts, monter à l’échelle consiste à copier et coller les mêmes éléments de base, sans que la différence de taille n’induise aucun effet pervers.

Et le sentiment de toute puissance que procure la maîtrise de ce type de jeu doit ressembler celle qu’on ressent lorsqu’on conçoit une ville à partir de rien, en effaçant sur les cartes les collines ou en rectifiant le tracé d’un cours d’eau.

La tour d’ivoire

L’autre modèle auquel m’a fait penser le livre est celui de la tour d’ivoire, où dans l’informatique un groupe de personnes fait des choix pour le reste de l’organisation.

L’expression “tour d’ivoire” représente le fait que ces personnes sont isolées de la réalité des projets et prennent des décisions hors-sol, quelquefois plus nuisibles qu’utiles.

tower

Mais comme les États dans le livre de James C. Scott, les tours d’ivoires bénéficient de la force de l’organisation, qui leur permet d’imposer (dans une certaine mesure) leurs décisions aux projets, sans qu’existe souvent de boucle de rétroaction leur permettant d’adapter leurs décisions.

Rester à l’écoute du local

Ma suggestion est de se méfier dès qu’on organise un système comprenant des personnes et qu’on a le sentiment de jouer à Factorio. Car c’est probablement le signe qu’on a perdu pied et qu’il est donc temps de reprendre un ancrage dans la réalité.

Le problème de la rétroaction me semble plus difficile à traiter car dans mon expérience il a souvent des raisons structurelles, comme une mauvaise manière de récompenser le faire d’atteindre des objectifs.


Le livre est disponible gratuitement en anglais, et une traduction française payante est disponible depuis cette année. J’ai trouvé le texte en anglais facile à lire (j’ai commencé ma lecture avant que la version française ne soit disponible) mais le contenu est assez long.


1. Certaines conséquences ont également été bénéfiques, par exemple les nouvelles lois ont pu instaurer une certaine égalité de traitement pour les personnes qui étaient mal intégrées dans les communautés.